Le balcon potager prend ses aises !

En ce moment tout est vert au balcon.

Enfin les tomates commencent à pointer le bout de leurs pédoncules.

Le petits pois sont récoltés. Paix à leur âme ! J’ai fait des tonnes de photos de ces pois, sont photogéniques n’est-ce pas ?

Les fraises prennent de l’ampleur. Sauf qu’elles poussent 2 par 2, je suis pas rendu pour la salade de fruits.

Les courgettes poussent aussi. Enfin si les fourmies voulaient arrêter de les grignotter ce serait bien.

Et les bégonias sortent leurs paillettes ! Hâte de voir la couleur des fleurs.

Toute cette verdure me met en joie ! J’adore cultiver ce petit potager, j’y passe un temps fou. Ca me change de la culture du nain qui, entre nous soit dit, pousse encore mieux que les tomates hihi.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ah ! nostalgie de ma grossesse

Quand j’étais enceinte je n’aurais jamais pensé être plus tard nostalgique de ma grossesse.

Déjà les 3 premiers mois j’ai flippé à cause du risque de fausse couche. Ensuite j’ai commencé à sentir Le Baby bouger ; là j’ai paniqué, j’avais un alien qui vivait en moi ! Bon, je me suis vite habituée. Quel kiffe de pouvoir suivre les bonds et rebonds du Baby. Mon Baby à moi était particulièrement mobile. Quand je suis arrivée à 6 mois j’avais pas mal de contractions à cause du stress (quitter mon job, Paris, new life… c’est ici pour connaitre toute l’histoire). En arrivant à Bordeaux ma sage femme m’a filé une cure de spasfon. Quand j’ai réussi à me détendre, plus de contraction ! Hiha !

C’était le 7ème mois, j’ai réalisé que j’avais surtout eu peur d’accoucher d’un grand préma. J’ai enfin profité de ma grossesse à fond. Le pied ! J’étais belle, j’avais un mini bide qui me permettait de faire ce que je voulais, j’avais la pêche !

Le Baby était tellement à l’aise qu’il est resté les doigts de pieds en éventail, en siège, tranquilou. J’ai fait quelques trucs pour le motiver à bouger : j’ai passé des heures les fesses en l’air, mes orteils ont été piqués par des aiguilles d’acupuncture… On pouvait pas tenter de version à cause d’un placenta relou. Du coup l’obstétricienne a conseillé de programmer une césarienne pour que Le Baby ne coure aucun risque. J’avais pas envie d’avoir rendez-vous avec Le Baby ! Je voulais être surprise, ne pas savoir à l’avance quand il naîtrait. Mais Chéri était plus rassuré comme ça, je me suis laissée convaincre. C’est surement pour ça que je ressens encore cette pointe de nostalgie.

Près de 7 mois plus tard ce n’est plus qu’une brève pensée, mais au début, ne plus avoir Le Baby dans mon ventre m’a vachement manqué. Pourtant j’ai immédiatement adoré Le Baby hors de mon ventre. Je kiffe être maman ! Mais je crois que j’ai vraiment aimé être enceinte ; même si j’ai assuré à qui voulait l’entendre que ce serait un temps de ma vie comme un autre, c’est faux ! Simplement je ne l’ai su qu’après l’accouchement.

Pour finir les trucs qui me font me sentir nostalgique :

- Ce banc du parc montsouris où je m’asseyais en attendant que Le Chéri fasse son footing

- Quand je vois ma mini poitrine ah…

- Quand les copines me posent des questions, ont besoin d’infos (ça me permet de la ramener sur ma life et j’adore)

- Quand j’ai envie de toucher les bidons des autres…

Et toi, qu’est-ce qui suscite la nostalgie de ton bidon ? 

Rendez-vous sur Hellocoton !

D’abord on recommence

Quand notre fils a commencé à se faire une place dans mon utérus, on avait une vie cool de gens cool (je me la pète sachez-le). Donc chéri et moi, parisiens d’adoption, lui marketing et moi comm’. Un mini appart et plein d’activités dont une association de théâtre d’impro. Bref notre vie était bien remplie. Alors quand on s’est su 3 on a sauté de joie : « youpi une occupation de plus ! ».

Une fois la nouvelle intégrée, on a fait quelques rêves du genre « on va louer un T3 dans notre quartier », « on va avoir une place en crèche easy » et aussi « on continuera à sortir grâce à la super baby-sitter qu’on va trouver ». Une fois les rêves intégrés, on a fait nos comptes. Donc il fallait changer de quartier, pas trop croire à la crèche et oublier les sorties (vu qu’on aurait tout dépensé en appart). Huhuhu…

Avoir un bébé ne signifiant pas arrêter de vivre dans nos esprits on a bien, bien, réfléchit. Tout ça c’était juste hors de question.

Et c’est là qu’on a décidé de foutre le bordel à fond :

  1. on a quitté nos cdi
  2. on a quitté Paris
  3. on a tout recommencé à Bordeaux

Bon ça a fait marrer du monde « blablabla ce sont les hormones, blabla », sauf nos patrons. Nos parents n’ont pas kiffé du tout non plus « vous êtes fous de tout quitter, ici vous avez rien ! ». Bon c’est vrai qu’à Bordeaux aucun job ne nous attendait, mais on avait décidé de remonter nos manches et de créer nos jobs. Oui, oui, en même temps que devenir parents pour la première fois.

On a déniché un super appart genre le double de surface qu’à Paris pour moins cher. AVEC UN BALCON (hiiiiii mon rêve). Chéri a lancé la boite et moi je me suis posée pour couver. Le baby est né en novembre, tout était prêt. On a pouponné un max. Chéri a pris un bureau parce que la table du salon c’était plus possible. Moi j’ai la permission de pouponner encore et je ferais ma rentrée en septembre.

Donc après avoir tout lu sur le maternage, pris des cours de massage bébé, trouver la nounou idéale (j’espère), transformé le balcon en potager et surtout, depuis que le baby est plus autonome, j’ai décidé de lancer mon blog. Bienvenue !

Ici il y aura du baby et du chéri, de nous 3 et de la famille, de mon potager, de nos balades, de tout ce qui m’interpellera depuis mon balcon.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Maman au Balcon, le blog d'une maman de Bordeaux en Gironde. Un blog famille, food et lifestyle.

©Maman au Balcon 2016 Toutes les photos et textes publiés sur ce blog, sauf mentions contraire, sont la propriété exclusive de Maman au Balcon. Merci de respecter le droit d'auteur.