Notre mois de mai 2020 ou notre sortie du confinement

Mai 2020 apparemment j’avais hâte de te laisser derrière moi vu la date à laquelle je rédige cet article… Mai 2020 c’est le mois de la fin du confinement ou déconfinement partiel pour utiliser les termes infernaux du moment. Fini le téléchargement des autorisations de sorties, fini la limite d’une heure et même la liberté dans un rayon de 100kms ! La folie !

Mai a débuté sans muguet (à la place on a eu les anémones) et sans cousinade à Noirmoutier, c’était vraiment triste. On a repris l’école à la maison avec une nouvelle organisation Mouette avec moi et Alouette avec son père.

Mouette a commencé l’aventure de l’appareil dentaire avec les premiers moulages préparatoires. Chéri et moi avons « fêté » nos 19 ans d’amour. On a fait des expériences scientifiques et continué à cuisiner des bonnes petites gourmandises.

  (suite…)

Mes techniques pour réduire les terreurs nocturnes des enfants

Je vous parlais dernièrement de la très grande peur de Mouette qui était en fait une terreur nocturne. Vu que ces épisodes ont été assez nombreux j’ai mis en place quelques techniques grâce à mes lectures et à l’expérience. Comme je n’ai jamais trouvé toutes ces idées rassemblées au même endroit je vous les livre. Bref si ça peut vous servir j’en serai ravie. Mais d’abord 2 points important à connaître.

©Bill Robinson

  1. L’enfant dort, ne le réveillez pas
    Même si votre enfant semble réveillé, c’est-à-dire qu’il a les yeux ouverts et qu’il parle de manière assez cohérente, il ne l’est pas ! Ne le réveillez pas, jamais cela ne ferait qu’empirer les choses. Au contraire recouchez le s’il s’est levé, n’allumez pas la lumière, ne parlez pas fort. L’enfant ne se rappelle pas de son épisode de terreur nocturne en général.
  2. Soyez près de lui durant la crise pour qu’il ne se blesse pas
    Une terreur nocturne c’est vraiment violent pour ceux qui y assistent. L’enfant peut complètement « péter un plomb » et se faire du mal. Nous, nous avons juste eu l’impression que notre enfant était la petite fille de l’exorciste. Yeux exorbités, tête rejetée en arrière, voix étrange, hurlements incontrôlables, mains autour de la gorges comme s’il n’arrivait pas à respirer et une fois accès de violence envers nous. D’écrire ça j’en suis encore chamboulée. Solution en cas de violence on contient l’enfant pour ne pas qu’il se fasse mal.

Ma technique pour écourter une terreur nocturne :

(suite…)

La très grande peur Mouette et les terreurs nocturnes

L’été dernier Mouette a eu une très grande peur. Ou plutôt il s’est mis à avoir très très peur de quelque chose non identifié. Le résultat de cette peur est qu’il s’est mis à faire de drôle de cauchemars qui étaient en réalité des terreurs nocturnes (mais on l’a pas su tout de suite). Évidemment ça s’est déclaré en plein dans nos vacances au village club du soleil d’Orcières là où l’isolation n’est pas la meilleure !

La première crise a eu lieu avant minuit. Mouette a appelé en pleurant je l’ai rassuré et il s’est tout de suite rendormi. Mais quelques minutes plus tard rebelote. On l’a pris avec nous, on avait l’impression qu’il était réveillé car il nous parlait tout à fait normalement… mais pas du tout. Il s’est mis à hurler très très fort, à donner l’impression d’étouffer, à se rejeter en arrière le tout en tordant la bouche… Impossible à calmer. Il disait « j’ai peur, j’ai vraiment trop peur, je vais mourir, maman va mourir (papa…) »D’autant qu’on le croyait réveiller. C’était très impressionnant, limite traumatisant.Bref au bout de 40 ou 45 minutes, il a fini par sortir de son sommeil. On l’a gardé avec nous car il était vraiment secoué.

A partir de là, les terreurs se sont répétées assez souvent. Au moins 40 minutes de hurlement Toujours la même inquiétude que Mouette ne savait pas expliquer. C’était le stress pour nous tous les soirs ; allait y avoir une terreur ou non ?

(suite…)

Penny notre chat et quelques conseils avant d’adopter un chat

En préambule de cet article il faut savoir que le chat est un animal qui m’a longtemps terrifié, que je les détestais du coup et que jamais je n’aurais envisagé d’en avoir un, un jour. Sauf quand j’ai senti que je devais prendre un chat. Bon ben voilà quoi j’ai changé et j’écris cet article avec Penny notre chat qui se lèche les pâtes sur mes genoux.

Qui est Penny ?

Penny est un chat européen noir et blanc avec un museau rose. Elle a eu deux ans début mai a priori. Nous l’avons depuis le 3 novembre 2019. Nous l’avons adopté via une association. Nous recherchions une chatte jeune mais pas bébé, qui soit à l’aise avec les enfants et qui soit castrée dans l’idéal. C’est moi qui ai trouvé Penny sur internet. J’ai été obligé de convaincre Chéri qui voulait un chat gris.

Penny a été abandonné autour du moment de sa mise bas de ce qui semble avoir été sa première (et dernière) portée. Elle a été trouvée dans la rue. On ne sait pas vraiment combien de temps elle y est restée.

Lors de notre rencontre elle est tout de suite venue nous voir et est rentrée dans la caisse de transport toute seule. On s’est dit qu’elle nous aimait bien déjà. Au bout de quelques jours chez nous, elle s’était habituée. Nous l’avons gardé enfermée dans la maison pendant 3 mois, le temps qu’elle fasse son territoire. Début février elle a pu explorer notre cours et désormais elle fait sa vie au delà de nos 4 murs. (suite…)

Notre mois d’avril 2020 en confinement ensemble

Nous avons passé notre mois d’avril 2020 en confinement ensemble. 30 jours de plus. Je ne compte pas les jours je n’y trouve pas d’intérêt à part celui de m’angoisser. Nous avons fait 3 semaines d’école en plus dans ce mois d’avril 2020 et puis ça a été les vacances. Comme de par hasard il a plu des cordes très très souvent. Au début des vacances après gros 1 mois entier sans sortir nous avons décidé de prendre l’air. Même si nous avons une petite cours les enfants et aussi nous, les adultes, en avons eu besoin. Nous habitons une petite ville et nous avons nos « coins secrets » pour éviter les gens. D’autant plus que je suis devenue complètement parano, donc j’ai vraiment besoin que les gens soient loin de moi. La moité a l’air de se prendre pour des super héros invincibles et apprécie de frôler les autres notamment les enfants. On a remarqué que les gens ont envie de discuter. On papote un peu alors chacun sur un trottoir tout en continuant notre chemin. Ça donne l’impression que le monde tourne encore un peu rond.

Pâques a apporté un peu de joie même si les enfants n’ont pas fait leurs chasses habituelles. Mais du coup j’ai partagé les chocolats en 2 et hop on a fait une chasse le dimanche aussi. (suite…)

Maman au Balcon, le blog d'une maman près de Bordeaux en Gironde. Un blog famille, food et lifestyle.

©Maman au Balcon 2020 Toutes les photos et textes publiés sur ce blog, sauf mentions contraire, sont la propriété exclusive de Maman au Balcon. Merci de respecter le droit d'auteur.