Notre été 2020 les instants de juin juillet aout

Avec le déconfinement en mai 2020 nous avons poursuivi sur notre lancée de « reprise du quotidien ». Mouette est allé à l’école 2 jours par semaine puis tous les jours quand il a pu. Alouette a eu la chance de revenir en classe pour les 15 derniers jours. Ça lui a fait beaucoup de bien. A nous ces 15 jours nous ont fait un drôle d’effet, c’était tellement facile de bosser sans eux. Donc juin, qui habituellement est le mois de l’enfer avec toutes les kermesses et évènements divers de fin d’année scolaire, s’est déroulé dans une douce reprise de routine. On a tous eu un vrai soulagement à retourner à « la vie d’avant ». Et on a profité d’un week-end en amoureux à Brantôme (mon cadeau de fête des mères). LE PIED.

(suite…)

Initier un enfant à l’anglais en école primaire, c’est possible ?

Vous savez qu’il est important d’initier votre enfant à une langue étrangère le plus tôt possible. Vous avez le choix entre plusieurs langues qui pourraient profiter à votre progéniture dans sa scolarité et après. Allemand, Espagnol ou Russe ? Chaque langue peut être un atout pour votre enfant, mais la langue la plus facile, la plus courante dans notre monde et la plus étudiée reste l’anglais.

Pourquoi initier un enfant est une bonne idée ?

Initier son enfant à une langue étrangère comme l’anglais dès son plus jeune âge est un véritable atout. Ces enfants réalisent très vite, en en prenant conscience ou non, que l’environnement qui les entoure est composé de mixité linguistique. Effectivement, dès leur passage à l’école et grâce à l’Éducation nationale, ils disposent à peu près d’une heure de cours d’initiation à l’anglais chaque semaine. Lors de ces cours d’initiation à l’anglais, l’accent est justement mis sur la compréhension orale et l’expression globale de l’enfant.

Le bagage linguistique est très important pour l’avenir, et constituera un véritable passeport pour votre enfant dès qu’il maîtrisera la première langue vivante qu’est l’anglais. Que ce soit pour ses études, son entrée sur le marché du travail ou s’il envisage une vie à l’étranger, cette langue sera toujours utile et indispensable. La maîtriser fait toute la différence.

Quels outils peuvent être mis à disposition à la maison ?

Comme dit plus haut, les enfants suivent environ une heure de cours d’initiation à l’anglais à l’école où l’accent est davantage mis sur la compréhension orale et leur expression dans cette langue. Cet apprentissage scolaire est bien sûr une bonne introduction à cette langue vivante mais il peut être toujours utile de donner un plus à votre enfant à la maison ! Pour les mamans motivées, essayez d’aider votre enfant à progresser en l’aidant à faire ses devoirs et exercices en anglais s’il en a, ou proposez-lui-en d’autres. Vous pouvez aussi leur acheter des cahiers de vacances qui sont conformes au programme scolaire.

En tant que parent, vous pouvez opter pour une approche plus ludique de l’anglais pour votre enfant. S’ils aiment bien regarder des films, proposez-leur de regarder des films en version originale avec des sous-titres en français, surtout s’ils savent déjà lire, ou faites-leur écouter de la musique anglaise ou américaine par exemple, et apprenez avec eux les paroles ! Vous pouvez aussi leur acheter des jeux vidéo éducatifs sur l’anglais afin de leur permettre d’apprendre cette langue vivante de manière divertissante tout en s’amusant ! Ils vous remercieront plus tard. (suite…)

Notre mois de mai 2020 ou notre sortie du confinement

Mai 2020 apparemment j’avais hâte de te laisser derrière moi vu la date à laquelle je rédige cet article… Mai 2020 c’est le mois de la fin du confinement ou déconfinement partiel pour utiliser les termes infernaux du moment. Fini le téléchargement des autorisations de sorties, fini la limite d’une heure et même la liberté dans un rayon de 100kms ! La folie !

Mai a débuté sans muguet (à la place on a eu les anémones) et sans cousinade à Noirmoutier, c’était vraiment triste. On a repris l’école à la maison avec une nouvelle organisation Mouette avec moi et Alouette avec son père.

Mouette a commencé l’aventure de l’appareil dentaire avec les premiers moulages préparatoires. Chéri et moi avons « fêté » nos 19 ans d’amour. On a fait des expériences scientifiques et continué à cuisiner des bonnes petites gourmandises.

  (suite…)

Mes techniques pour réduire les terreurs nocturnes des enfants

Je vous parlais dernièrement de la très grande peur de Mouette qui était en fait une terreur nocturne. Vu que ces épisodes ont été assez nombreux j’ai mis en place quelques techniques grâce à mes lectures et à l’expérience. Comme je n’ai jamais trouvé toutes ces idées rassemblées au même endroit je vous les livre. Bref si ça peut vous servir j’en serai ravie. Mais d’abord 2 points important à connaître.

©Bill Robinson

  1. L’enfant dort, ne le réveillez pas
    Même si votre enfant semble réveillé, c’est-à-dire qu’il a les yeux ouverts et qu’il parle de manière assez cohérente, il ne l’est pas ! Ne le réveillez pas, jamais cela ne ferait qu’empirer les choses. Au contraire recouchez le s’il s’est levé, n’allumez pas la lumière, ne parlez pas fort. L’enfant ne se rappelle pas de son épisode de terreur nocturne en général.
  2. Soyez près de lui durant la crise pour qu’il ne se blesse pas
    Une terreur nocturne c’est vraiment violent pour ceux qui y assistent. L’enfant peut complètement « péter un plomb » et se faire du mal. Nous, nous avons juste eu l’impression que notre enfant était la petite fille de l’exorciste. Yeux exorbités, tête rejetée en arrière, voix étrange, hurlements incontrôlables, mains autour de la gorges comme s’il n’arrivait pas à respirer et une fois accès de violence envers nous. D’écrire ça j’en suis encore chamboulée. Solution en cas de violence on contient l’enfant pour ne pas qu’il se fasse mal.

Ma technique pour écourter une terreur nocturne :

(suite…)

La très grande peur Mouette et les terreurs nocturnes

L’été dernier Mouette a eu une très grande peur. Ou plutôt il s’est mis à avoir très très peur de quelque chose non identifié. Le résultat de cette peur est qu’il s’est mis à faire de drôle de cauchemars qui étaient en réalité des terreurs nocturnes (mais on l’a pas su tout de suite). Évidemment ça s’est déclaré en plein dans nos vacances au village club du soleil d’Orcières là où l’isolation n’est pas la meilleure !

La première crise a eu lieu avant minuit. Mouette a appelé en pleurant je l’ai rassuré et il s’est tout de suite rendormi. Mais quelques minutes plus tard rebelote. On l’a pris avec nous, on avait l’impression qu’il était réveillé car il nous parlait tout à fait normalement… mais pas du tout. Il s’est mis à hurler très très fort, à donner l’impression d’étouffer, à se rejeter en arrière le tout en tordant la bouche… Impossible à calmer. Il disait « j’ai peur, j’ai vraiment trop peur, je vais mourir, maman va mourir (papa…) »D’autant qu’on le croyait réveiller. C’était très impressionnant, limite traumatisant.Bref au bout de 40 ou 45 minutes, il a fini par sortir de son sommeil. On l’a gardé avec nous car il était vraiment secoué.

A partir de là, les terreurs se sont répétées assez souvent. Au moins 40 minutes de hurlement Toujours la même inquiétude que Mouette ne savait pas expliquer. C’était le stress pour nous tous les soirs ; allait y avoir une terreur ou non ?

(suite…)

Maman au Balcon, le blog d'une maman près de Bordeaux en Gironde. Un blog famille, food et lifestyle.

©Maman au Balcon 2020 Toutes les photos et textes publiés sur ce blog, sauf mentions contraire, sont la propriété exclusive de Maman au Balcon. Merci de respecter le droit d'auteur.